Retour Actualité |

Traquenard droit devant ! 

Après quatre journées à naviguer les uns derrière les autres, bien rangés bien ordonnés sur une route plutôt étroite, les skippers de la Québec Saint-Malo ont sauté sur la première occasion qui leur a été offerte de n’en faire qu’à leur tête. Mercredi, vers midi, une première césure s’est opérée une fois parée la zone de protection des cétacés située au nord des îles de la Madeleine. Tandis que le leader, Ambrogio Beccaria, choisissait de rester le plus au nord possible, visant la côte méridionale de Terre-Neuve-et-Labrador et emmenant avec lui quelques cadors, Ian Lipinski et son équipe mettaient le clignotant à droite pour glisser vers le sud, d’où venait le vent. 

Immanquablement, les écarts se sont creusés, de manière assez significative compte tenu de la modeste énergie du vent qui souffle sur la sortie du golfe de Saint-Laurent. Au classement de 7h00 ce jeudi matin, Ambrogio Beccaria et ses équipiers comptent 12 milles d’avance sur Alberto Riva, 15 sur Vincent Riou et 26 sur Ian Lipinski, Antoine Carpentier et Benoît Hantzperg. Ces deux options opposées ont chacune l’ambition de trouver une parade à la situation météo qui va se présenter dans quelques heures : une zone anticyclonique est en passe de se positionner pile dans la trajectoire des concurrents de la Class40 engagés dans cette 10e édition de la Québec Saint-Malo, et chacun tente de franchir le péage avant que la barrière ne s’abatte. 

Venu de l’ouest, le front anticyclonique va glisser vers le nord-est, où il s’étirera jusqu’à couvrir la totalité du sud de Terre-Neuve-et-Labrador et de Saint-Pierre-et-Miquelon. Cette séquence pourrait ne pas être trop longue, les systèmes météo semblant circuler assez vite d’ouest en est, mais aucun marin n’est à l’abri d’une panne de vent totale et d’un coup de frein fatal à ses ambitions. Bienvenue dans l’Atlantique nord !  

News

Actualité |

Vidéo de l’arrivée

Actualité |

La fin d’une belle histoire

Actualité |

Jusqu’au dernier souffle